FCPR

Le capital investissement ou private equity est la prise de participations dans des sociétés non cotées en bourse, afin de permettre le financement de leur démarrage, de leur développement ou encore de leur transmission/cession.

Vous pouvez investir dans ces sociétés non cotées, comme des PME et PMI, grâce à trois types de fonds de capital investissement :

  • les FCPR (fonds communs de placement à risques), qui sont investis en titres d’entreprises non cotées en bourse à hauteur de 50 % minimum,
  • les FCPI (fonds communs de placement dans l’innovation), qui sont investis en titres de sociétés innovantes non cotées en bourse à hauteur de 60 % minimum,
  • les FIP (fonds d’investissement de proximité), qui sont investis dans des PME régionales non cotées en bourse à hauteur de 60 % minimum.

Les FCPI et les FIP sont deux catégories spécifiques de FCPR. Ces fonds sont soumis à l’agrément de l’AMF et doivent être proposés par des sociétés de gestion également agréées par l’AMF.

Le capital investissement peut s’avérer très risqué. En contrepartie de cette prise de risque, vous pouvez potentiellement obtenir des performances avantageuses et bénéficier de réductions fiscales.

Risque de perte en capital

En investissant dans des FCPR, vous pouvez perdre tout ou partie de votre capital. En effet, les perspectives de développement des sociétés dans lesquelles le fonds investit sont incertaines.

Risque d’illiquidité

Les fonds de capital investissement investissent dans des titres de sociétés non cotées, qui par définition ne sont pas liquides. Ils ne bénéficient donc pas d’un marché secondaire organisé pour vendre les titres. N’étant pas négociables, leur cession nécessite plusieurs mois.

Lorsque vous investissez, vous devez être conscient que l’argent que vous avez placé n’est pas disponible à court et moyen terme. Il est en pratique impossible d’obtenir le rachat de vos parts avant la fin de la durée de vie du fonds, ce délai pouvant être prolongé si la société de gestion de parvient pas à céder les titres des sociétés sur lesquelles elle a investi.

Risque lié à la valorisation des titres en portefeuille

La valorisation des titres non cotés détenus par le fonds est basée sur la valeur actuelle de ces titres. Ainsi, cette valorisation peut ne pas refléter le prix reçu en contrepartie d’une cession ultérieure desdits titres.

Avant de vous engager, examinez attentivement l’ensemble des facteurs de risque. Ils sont présentés dans le Document d’Information Clé pour l’Investisseur (DICI) ou DIC et sont décrits dans le règlement pour les FCPR.

Les différents types de capital investissement

  • Le capital risque : pour financer la création de l’entreprise (notamment les sociétés innovantes) ou les premiers développements d’une entreprise récente (moins de 5 ans).
  • Le capital développement : pour soutenir et accélérer la croissance de l’entreprise.
  • Le capital transmission ou leveraged byout (LBO) : pour financer l’acquisition de l’entreprise avec effet de levier. Cette acquisition se fait par le biais d’un emprunt via la constitution d’une société holding de reprise.
  • Le capital retournement : pour financer l’acquisition d’une entreprise en difficulté afin de lui fournir les ressources nécessaires pour mettre en place un plan de redressement.

Les frais des fonds de capital investissement

La détention de FCPR, FCPI et FIP engendre des frais qui peuvent s’avérer élevés et faire diminuer le rendement de votre placement :

  • frais de souscription : rémunérant l’acte de commercialisation et payés lors de la souscription. Ils sont généralement négociables,
  • frais liés à la constitution : ils sont facturés lors de la création du fonds,
  • frais de fonctionnement et de gestion du fonds (prélevés au maximum annuellement) : représentant un pourcentage du montant de la souscription et prélevés directement sur ce montant,
  • frais de gestion indirects liés à l’investissement éventuel dans d’autres OPC,
  • d’éventuels frais de sortie.